Bureau Badass

tribune

Bureau Badass propose des solutions créatives sur-mesure.
Images, Expériences et Émotions sont nos outils pour les réaliser.

 

“Nous avons pensé cette tribune comme une plateforme d’expression : artistique, personnelle, politique,
à la fois légère et profonde, ouverte à tous. Elle est le lieu privilégié de nos états d’âmes, nos coups de gueules,
nos questionnements, nos créations par rapport aux sujets qui nous sont chers.”

bureau badass


 

INNOCENCE

J'étouffe, je suis en train de me noyer dans l'océan de souvenirs que je traverse sans cesse, tel une sirène j'entretiens la beauté de mes épreuves, aussi difficile soit elle, je continue de leur donner vie, de les rendre sublimes, perfides, magnifiques. Dans toute l'horreur qu'elles constituent, je jouis de ce profond mal être qui détruit mon corps et mon âme.

Je me souviens de ses mains sur ma peau, de ses lèvres sur les miennes, je me souviens lui dire non, il m'attrape les bras comme il a toujours su si bien le faire, mais cette fois ci je sens qu'il ne m'écoute pas, qu'il a besoin de sa drogue, de se perdre en moi que je le veuille ou non, je résiste et gigote, mais il est plus fort que moi. A ce moment la mon esprit voyage, encore et encore, il s'éteint de la vie réelle et pars explorer les galaxies de mes pensées. Et je pense à nous, à ce que l'ont a pu vivre mais qui n'existe plus, aux erreurs que j'ai pu faire sans prendre conscience de ce qu'il est en train de NOUS faire. Lorsqu'il s'enfonce en moi je suis déchirée, je plane, d'une douleur et du deuil de mes amours passés, pour celle que j'étais et celle que je vais devenir, de ce qu'il me prend sans me demander, de ce qu'il obtient par la force de cette acte qui a pu être si beau par le passé. Je me perd et renie ce qu'il me fait, je renie ce qu'il me prend parce que j'ai encore toute la vie devant moi, je sais que demain j'aurais tout oublier, comme ci ce souvenir était une nouvelle fois quelque chose de beau, fourbe, sublime, comme ci j'allais une nouvelle fois vivre avec, oublier et me perdre.

Un texte anonyme.
Vignette de l’article : Flavia Sistaga

FORST Sarah